Détachée comme un mec en été ...

14 août 2016

Le Chevalier et son "Graal"...

« Que vaut la parole d’un écrivain à l’instant où un sujet s’impose à lui ? »

 

Il y a des livres qu’on attend avec impatience, avec qui on a rendez-vous…Moi ça fait maintenant 3 ans que je l’attendais…Je savais que cela allait être un grand moment et je ne me suis pas trompée. Le flair du libraire ! Toujours lui … 

« Mais comment peux-tu savoir ? Tu ne l’as pas encore lu, tu ne vas peut-être pas aimer ou pire être déçue par l’écriture » J’ai balayé ces phrases légitimes car je savais au fond de moi que ce n’était pas possible. C’est comme certaines choses, tu le sais et le ressens dès le départ. C’est profond… Je savais à l’avance que la lecture allait être intense, importante.

Quand on aime l’écriture d’un auteur, qu’on s’intéresse à son travail, qu’on le soutient et qu’on porte ses livres, c’est toujours un pur bonheur de le retrouver surtout pour une rentrée littéraire

J’attendais donc ce livre, qui comme à chaque fois que je suis impatiente, a mis du temps à arriver ! Quand je l’ai eu entre les mains, il paraît que j’ai le visage qui s’est illuminé comme si j’avais reçu le cadeau de ma vie (dixit un auteur qui était à mes côtés). Je tenais enfin le livre que j’attendais tant. J’ai ouvert délicatement l’enveloppe et quand je l’ai vraiment tenu dans mes mains, j’ai juste dit aux auteurs qui étaient avec moi à ce moment là :  « Le voilà le livre de la rentrée, mon Graal ! ». Puis mon reflexe a été de le serrer contre moi. La rencontre avait eu lieu…

J’ai surnommé ce livre mon « Graal » avant sa lecture. Aujourd’hui, je peux confirmer mes propos, mon flair, mon ressenti, son surnom ! « L’insouciance » de Karine Tuil est un grand livre. J’avais déjà pris une « claque » avec son précédent mais là c’est au-delà. Avec ce dixième livre, Karine Tuil installe définitivement son style, son écriture, son œuvre… qui grandit de livre en livre.

Ce livre est époustouflant et je pèse mes mots. Dès la première phrase du premier chapitre, le ton est donné. On rentre dans une zone de turbulence, ça secoue, ça va vite, on se retrouve sous tension parfois en apnée, c’est violent mais l’écriture remarquable nous transporte tellement qu’elle « apaise », nous réconforte et c’est un pur bonheur !

Ici, il est question d’engagement, d’épreuves, d’assignation identitaire, de problèmes sociaux, de racisme, de calomnie, de guerre politique, de terrorisme, de religion, de passion, d’aliénation, d’amour, de renoncement, de rapports de force, d’acceptation, de reconstruction et d’insouciance …L’analyse est profonde et brillante. La construction est intelligente et l’histoire passionnante et tellement actuelle. Un grand livre ! 

Je ne suis pas ressortie indemne de ma lecture qui a été très intense parfois physique. J’ai presque mis une semaine pour le lire. J’avais besoin de prendre mon temps avec ce livre…

La lecture c’est comme un rapport de police. Tous les détails comptent :

 J’ai aimé le fond, l’audace, le style, la puissance des mots, l’analyse fine de notre société et de notre monde. La maîtrise des sujets, les références utilisées. Ce livre m’a bousculé, m’a touché, m’a interpellé, m’a parlé.

J’ai pris pas mal de notes et retenu des phrases dont :

« J’écris parce que la vie est incompréhensible « 

« Jusqu’à quel point peut-on se protéger et protéger les autres »

« J’ai toujours cru aux vertus consolatrices de la lecture ».

J’avoue que lorsque je suis arrivée à la page 500 (le livre en compte 524) je me suis sentie un peu fébrile, c’était la confusion des sentiments : heureuse de connaître la fin de l’histoire mais triste à la fois de terminer ma lecture et de quitter cette écriture confort…

J’ai refermé le livre. J’ai regardé la couverture et je me suis même surprise à dire à haute voix « Oh putain quel livre ! ». Ce qui a réveillé Ghost !

J’avoue aussi que j’ai éprouvé le besoin de respirer et surtout d’en parler et de le partager. Passeur un jour, passeur toujours ! Et après grand besoin d’un sas de décompression ! J’ai évidement fait une lecture « bis » qui a eu une autre dimension …

 

En France, nous avons la chance d’avoir de grands auteurs, Karine Tuil est pour moi une des meilleures à l’heure actuelle. Il faut les soutenir.  Un grand merci Karine d’avoir écrit ce livre, un livre que j’avais envie de lire … Avec toute mon amitié et mon soutien.

Je vous conseille vivement de courir chez votre libraire dès le 18 août et (pour ceux qui ne l’ont pas encore fait) de lire les livres de Karine Tuil .

 

 

« L’insouciance » est mon grand coup de cœur pour cette rentrée. Lu, relu plus qu’aimé et adoré. Un livre sous la haute protection du Chevalier libraire !

 

 

« L’insouciance » - Karine Tuil - Sortie le 18 août 2016 aux éditions Gallimard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Choupie3 à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 février 2015

Coup de coeur absolu...

 

IMG_7767

Il y a des dates que l'on n'oublie pas...Le 9 septembre 2014 restera gravé dans ma mémoire...C'est la date d'une rencontre importante...Avec un livre que j'attendais avec impatience mais aussi avec beaucoup d'appréhension...

Je savais que ce jour allait arriver et qu'il fallait que je me prépare à cette lecture...Pour cela, j'ai même décidé de faire un "break " comme pour faire un "reset" de tout ce que j'avais pu lire pour la rentrée littéraire (qui est quand même "un gros morceau" à ingurgiter !). Lire c'est mon quotidien, c'est aussi quelque part mon métier, un investissement important mine de rien. Il fallait que je puisse prendre de la distance pour être le plus objective possible pour ce rendez-vous. Ce n'est jamais évident ni facile de lire le texte d'un auteur que l'on connaît, dont on aime l'écriture, pour qui on a une certaine affection et surtout pour qui on a "porté" et soutenu le dernier livre. Un livre marquant dans ma carrière de libraire...

C'était donc un mardi, en pleine après-midi, alors que j'étais en formation informatique pour mon nouveau logiciel de librairie, que j'ai reçu un texto qui m'a fait l'effet d'un électrochoc ! La première chose qui me vient alors c'est :"oh putain!". Autant vous dire que cette formation c'était le cadet de mes soucis ! J'ai  demandé une pause de 20 minutes. Je suis allée au fond des réserves pour m'isoler au milieu des livres (un endroit de réconfort) pour ouvrir le mail qui contenait le texte...Et là c'est un mélange d'émotions qui m'envahit et je ne peux pas m'empêcher de lire quelques lignes ...Et ça fait un bien fou de retrouver une écriture que l'on connaît...

 

C'est donc avec une certaine émotion que je viens vous parler de mon coup de coeur absolu pour "Pardonnable, impardonnable" le dernier livre de Valérie Tong Cuong (éd. JC Lattès).


Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi bouleversant...Et quel livre ! J'ai même éprouvé le besoin de sortir, d'aller prendre l'air après cette lecture intense. La construction est complexe mais toujours avec cette plume fluide qui donne une certaine dimension au texte. Le style et le rythme sont maitrisés à la perfection ce qui donne encore plus de poids à cette histoire.

On va trouver tout au long du roman : de la culpabitilié, de la peur, des trahisons, des non-dits, de la rancoeur, de l'abandon, des mensonges, des rapports de force, de la manipulation, du désespoir, le poids du silence, de la confiance mais surtout de l'amour...
 
La force de Valérie Tong Cuong, c'est que chaque lecteur va pouvoir se reconnaitre ou s'identifier à travers l'un des personnages...L'intime n'est plus exclusif, il se partage...C'est aussi nous amener vers une réflexion personnelle intérieure qui va au-delà du livre...

Le pardon est un drôle de processus, très personnel, une épreuve de notre conscience que l’on s’inflige, qui fait souffrir mais qui soulage. C’est exactement çà que Valérie Tong Cuong est arrivée à décrire à la perfection. Ce livre est une dissection parfaite , minutieuse et toute en finesse des relations et des liens familiaux.

L'auteur nous embarque crescendo dans une tragédie lumineuse à tiroirs ! Ce texte est puissant, touchant, émouvant et d’une profondeur humaine incroyable.

 Il y a plein de belles phrases à retenir mais si je ne devais en retenir qu'une ce serait :" Combien de fois dans une vie l'être humain renonce-t-il à se faire confiance ?" Tellement essentielle, si juste...

Je ne peux  que vous conseiller d'aller rapidement dans une librairie (indépendante de préférence) pour vous procurer ce merveilleux livre car ce serait impardonnable de ne pas le lire !

Un livre, lu, aimé et plus qu'approuvé par le Chevalier - Libraire !

Petit message personnel du libraire à l'auteur : tout est concentré en 5 lettres !

 

 

 

Posté par Choupie3 à 07:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Le poète maudit et le Chevalier...

Il y a des livres dont on sait à l'avance qu'ils vont bousculer, marquer même sans les avoir lu...Ce livre, comme tous ceux qui ont été importants pour moi, j'ai eu du mal à l'obtenir...Mais par la magie de Twitter (pour reprendre ses termes), l'éditrice de l'auteur est tombée sur mon SOS de libraire en détresse. Il n'y a jamais de hasard...C'est donc cette belle personne qui m'a fait parvenir les épreuves que je sentais comme étant une potentielle bombe littéraire dans cette rentrée à venir. Dès les premières pages j'ai été conquise et je me suis dit intérieurement que finalement j'avais toujours un bon flair !

Quand j'ai refermé le livre, il fallait que je partage mon pressentiment qui était le bon : ce livre allait percuter la rentrée !  Il était inconcevable pour moi que je n'aille pas au front pour le soutenir...C'est mon livre coup de coeur depuis le mois de septembre...Comme avec tous les livres que j'ai défendu, j'ai eu de belles rencontres avec les personnes a qui je l'ai vivement conseillé et je crois que ma plus belle perf avec ce livre c'est de l'avoir vendu à un prêtre ! Impossible n'est pas le Chevalier-Libraire !

Ce livre je vous en ai parlé, je l'ai soutenu et je le soutiens encore c'est : "Jim" d'Harold Cobert (éd. Plon). "Jim" n'est pas une énième  biographie sur Jim Morrison mais bien un livre sur des confessions imaginées sur les derniers mois de la vie du chanteur. Un moment entre musique et poésie où le chanteur est en pleine crise existentielle car il songe à arrêter la musique pour se consacrer à l'écriture et plus particulièrement la poésie. Il est donc confronté à ses démons et s'enfonce dans la dépression.

Harold Cobert est dans un registre complètement différent de ses autres livres, dans un style où on ne l'attendait pas et ça lui va très bien. Il excelle parfaitement dans l'exercice de l'écriture à la première personne ce qui donne encore plus de poids et une certaine dimension au récit. Il a su endosser de façon magistrale la peau de Jim Morrison.

Son écriture est percutante, puissante, trash mais aussi tendre et attachante par moments. Il arrive à décrire à la perfection les errances et les outrances éthyliques de cette star qui est devenue une loque en quête d'une certaine identité : chanteur ou poète ?
Le rythme est parfait, le style enlevé et surtout la force de ce livre c'est la construction intelligente d'Harold Cobert qui a su mêler les mots de Jim Morrison, des extraits de poèmes avec ses propres mots d'écrivain. Le mélange est détonnant. Harold Cobert pose des mots sur des maux...
Pour moi ce livre est brillant ! Lisez-le foi de libraire !

P.S : Merci aux éditions Plon de m'avoir choisi pour parler de "Jim" sur RTL .Un très grand merci à Lisa Liautaud (super éditrice) et à Harold pour votre confiance et votre amitié !

 

photo

 

 

 

Posté par Choupie3 à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2014

Merci...

L'été c'est bien car on a toujours le temps de faire des tas de choses, de prendre du recul de regarder rapidement en arrière mais pas trop sinon ...J'ai eu la chance de lire et de défendre, cette année encore, de beaux romans et je les défends toujours aujourd'hui car c'est important.
En France, nous avons de très bons auteurs. Non seulement il faut les lire mais il faut aussi les soutenir ! Il n'y a pas que les Prix  qui comptent (même si c'est important dans une carrière), il y a surtout les lecteurs...

Je ne suis que le passeur, le lien privilégié entre l'auteur et le lecteur alors je voudrai vraiment remercier particulièrement : Karine Tuil, Delphine Bertholon, Delphine de Malherbe, Hélène Grémillon, Monica Sabolo, Emilie Frèche, Xavier de Moulins, Nina Bouraoui, Olivia Elkaim, Virginie Carton, David Le Bailly, Inès Benaroya, Le Mec de l'Underground, Murielle Magellan, Sophie Adriansen, Pia Petersen, Dominique Dyens, Tatiana de Rosnay, Frédérique Deghelt ...sans oublier Valérie Tong Cuong.
Encore merci pour vos livres qui m'ont accompagné tout au long de l'année (voir plus...), merci pour votre confiance et votre amitié...et ce beau travail d'équipe car au fond sans les auteurs, le libraire ne serait pas ce qu'il est !

Pour les retardataires : A lire absolument...foi de libraire !

"L'invention de nos vies" - Karine Tuil (éd. Grasset et le 20/08 éd. Livre de Poche !)

"Le Soleil à mes pieds" - Delphine Bertholon (éd. JC Lattès et le 20/08 éd. Livre de Poche!)

"A l'heure où les hommes vivent" - Delphine de Malherbe (éd. Plon)

"La Garçonnière" - Hélène Grémillon (éd. Flammarion)

"Tout cela n'a rien à voir avec moi" - Monica Sabolo (éd. Jc Lattès)

"Deux Etrangers" - Emilie Frèche (éd. Actes Sud et le 20/08 éd J'ai Lu)

"Que ton règne vienne" - Xavier de Moulins (éd.JC Lattès)

"Standard" - Nina Bouraoui (éd. Flammarion)

"Nous étions une Histoire" - Olivia Elkaim (éd. Stock)

"La blancheur qu'on croyait éternelle "- Virginie Carton (éd. Stock)

"La captive de Mitterrand" - David Le Bailly (éd. Stock)

"Dans la remise " - Inès Benaroya (éd. Flammarion)

" Le Boss de Boulogne" - Johann Zarca (éd. Don Quichotte)

"N'oublie pas les oiseaux" - Murielle Magellan (éd. Julliard)

"Grace Kelly, d'Hollywood à Monaco, le roman d'une légende" - Sophie Adriansen (éd.Prémium)

"Mon nom est Dieu" - Pia Petersen (éd. Plon)

"La femme éclaboussée" - Dominique Dyens (éd. Héloïse d'Ormesson)

"Son carnet rouge" - Tatiana de Rosnay (éd. Héloïse d'Ormesson)

"Les brumes de l'apparence" - Frédérique Deghelt (éd. Actes Sud)

"L'atelier des miracles" - Valérie Tong Cuong (éd. JC Lattès - éd. J'ai lu)

P.S : Merci d'avoir permis à Ghost de faire des siestes avec vos livres qui ont été des "doudous" parfaits !

 

Posté par Choupie3 à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2014

Atelier for ever...

Il y a des dates qui marquent...Le mardi 17 juin 2014 restera un jour gravé dans ma mémoire...Il représente l'aboutissement d'un investissement, d'un engagement auprès d'un livre que j'ai lu, aimé, soutenu, supporté et bien plus encore...le livre de ma vie de libraire...

L'émotion prenant le dessus à chaque fois que je viens vous parler de ce livre, je vais faire bref...Moi qui suis très littéraire, ce sont les chiffres qui en parlent le mieux ! Et puis je ne réalise pas trop encore même si intérieurement c'est très fort émotionnellement parlant...et que je vais continuer à accompagner encore un long moment ce vieil ami...

1 livre = 1 dépassement de soi, 1 exploit, 8 lectures, 3 amis virtuels (Mariette, Monsieur Mike, Millie), 8 chroniques, 1 vente improbable à un sourd et muet,  4 salons du livre, 10 engueulades, 1 seul retour ,1 cicatrice mais surtout 1 amitié indéfectible...938 + 62 = 1000 lecteurs !

Merci aux 999 lecteurs qui m'ont fait confiance...

(Jamais ces paroles  n'auront autant pris de sens : "J"m'attendais pas à ça, J'm'attendais pas à moi dans c'rôle là...")

Un très grand merci à Valérie Tong Cuong d'avoir écrit "L'Atelier des miracles" (éd. JC Lattès), d'avoir transpercé l'armure du Chevalier -Libraire...



 

 

Posté par Choupie3 à 16:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 mai 2014

"Nous étions une histoire"...

Je reviens avec beaucoup de retard vous parler ou reparler d'un livre qu'il faut absolument lire  : "Nous étions une histoire" d'Olivia Elkaim (éd.Stock) .

Vous aurez tout le loisir de me dire "Et bien il était temps" ! A quoi je répondrai sûrement "Mieux vaut tard que jamais" ! Mais je ne voulais pas vous en parler avant mon intervention radiophonique et puis le temps passe et libraire n'est pas un métier de tout repos...J'ai eu la grande joie de recevoir Olivia Elkaim à Caussade pour la dédicace de son livre et ce fut un très bon moment.

Pour la petite histoire, c'est Olivia qui m'avait contacté via Twitter pour me dire qu'elle avait écrit un livre et qu'elle avait très envie de me l'envoyer pour que je le lise ! Sur un coup de folie, j'ai répondu oui ! Et j'ai bien fait ! Quand j'ai reçu le livre (non je n'ai pas lu la 4ème de couv !) que j'ai vu le bandeau (d'où l'importance des bandeaux parfois !) je me suis dit "Intéressant..."Oui parfois il ne fait pas bon être dans ma tête, c'est compliqué et il y a beaucoup de monde en mouvement !!! Sur un titre et un bandeau, j'avais déjà un bon feeling...Ah le flair du libraire...
Après un long débrief, le libraire a rencontré l'auteur au Salon du livre de Paris...Puis dix jours après, j'ai reçu un coup de téléphone d'Olivia qui m'a dit "Je veux venir à Caussade avec "Nous étions une histoire" !"C'est ainsi que le 10 mai dernier, Olivia est venue dédicacer son livre . Olivia Elkaim est une personne extra, pleine d'humanité, d'humour, de sensibilité et une grande épicurienne. (Et qui arrive à obtenir une ordonnance de mon père en 1 minute chrono ! Alors là,je dis bravo !)

Alors c'est quoi ce livre ? C'est l'histoire d'Anita, une jeune femme qui vient d'accoucher et qui voit sa vie bouleversée par cet événement et qui va aussi voir sa vie "exploser" en quelque sorte puisqu'elle va éprouver le besoin de quitter son foyer...

Dire que ce livre est un livre sur la maternité serait très réducteur ! Effectivement c'est le fil conducteur, mais c'est surtout un livre sur la famille et les relations qu'elle implique. L'auteur va nous embarquer dans un voyage dans le passé mais aussi dans le présent à travers le portrait de trois femmes...On va explorer le temps qui passe, la nostalgie, le couple et surtout les origines, la question de l'identité ainsi que les peurs que cela engendre (la peur de l'abandon et la peur de vieillir).

Il y a des vraies réflexions sur soi, les relations familiales et malgré un sujet grave et profond, il y a une volonté de dire des choses avec humour...La qualité des descriptions des personnages, des émotions, des relations (Mère-fille / Père- fils / couple)et des lieux est remarquable. La force du roman d'Olivia Elkaim, c'est qu'elle arrive à nous emmener, dès les premières pages, dans un voyage à tiroirs et dans un jeu de piste qui prend une ampleur puis tout à coup ça revient comme un boomerang...

Ce qu'il faut surtout retenir, c'est que nous sommes parfois, sans le savoir, entrainé dans une histoire familiale !

Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman, que j'ai aimé et qui m'a touché alors que je ne m'y attendais pas et ce fut une très belle surprise. Si jamais vous voyez qu'Olivia Elkaim est en signature dans une librairie proche de chez vous, je ne peux que vous inciter à aller la rencontrer, vraiment...

Olivia, encore un grand merci pour ta confiance, tes livres et plus particulièrement "Nous étions une histoire" qui est le lien de notre rencontre ! Merci pour ton amitié et tu reviens quand tu veux parler littérature au bord de la piscine ! Et à très vite pour une 4ème de couv !!!

 

Posté par Choupie3 à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2014

Le libraire et les livres...une vraie histoire...

On dit toujours que les livres et les libraires ont des histoires...Ce n'est pas moi qui vais vous dire le contraire ! Mais tout çà est très particulier et parfois très fusionnel ! J'ai un rapport aux livres qui est assez spécial et j'ai un très grand respect pour cet objet que je manipule le plus dans une journée (après mon iphone j'en conviens !). Il y a des livres auxquels je m'attache plus que d'autres, avec lesquels j'ai vraiment une histoire et d'autres qui me laissent complètement indifférents mais ce n'est pas pour autant que je les maltraite ! Un livre restera toujours un objet important, le travail d'un auteur et rien que pour cela, il faut en prendre soin.

Ma plus grande histoire avec un livre c'est avec l'Atelier des miracles avec qui je continue de vivre une grande aventure...Dernièrement j'ai vécu des grands moments avec Les Brumes de l'apparence de Frédérique Deghelt... Je crois qu'il se passe vraiment quelque chose ,qu' il y a des suites à la lecture de ce livre ! J'en ai fait les frais : J'étais au magasin, dans mon bureau et c'est très rare que je lise en plein après-midi mais j'étais tellement envoutée par cette lecture que je voulais vraiment la terminer. Mon associée avait un problème avec l'ordi et m'a demandé de venir voir. Je suis donc allée, le livre à la main, regarder de plus près. Je lui dit attends je vais juste virer la clé usb et à ce moment là j'ai pris une décharge électrique comme jamais ! Le truc improbable mais qui fait très mal quand même ! Surtout qu'il n'y avait aucune raison pour que je prenne le jus comme çà ! Enfin, cela a bien fait rire mon associée, moi un peu moins ! Ca c'est le premier épisode !

Le jour de la sortie du livre, je le mets bien en place tout est parfait quand on m'appelle pour attraper un livre de poche qui était trop bas pour une cliente. Je m'exécute et au moment de me relever je reçois sur la tête 10 ex de La grand mère de Jade, un livre de Frédérique Deghelt ! Il y avait une chance sur 1000 pour que je prenne des livres sur la tête et il fallait que ce soit celui là ! Il parait que le hasard fait toujours bien les choses...mouais ! Le soir je rentre et j'avais rapporté deux affiches, une avec la pub du livre et l'autre avec une photo de l'auteur. Dix minutes après je vois Ghost, couché sur la photo et impossible de l'approcher il est en mode body guard ! Et là je me dis les fantômes sont parmis nous et j'éclate de rire !

Il y a une vingtaine de jours, j'étais chez moi en train de parler au téléphone avec ma belle-soeur du salon du livre et je ne sais pas comment j'en viens à lui parler de mes dernières bonnes lectures et j'évoque Les Brumes de l'apparence et juste après alors que j'avais remarqué qu'il y avait un problème sur une vitre je me suis approchée et immédiatement j'ai entendu une petite voix intérieure qui me disait "recule". J'ai reculé et dans la minute qui a suivie, la vitre a explosée et un gros morceau de verre est tombé ! J'aurai pu avoir très très mal ! Là je crois que ce n'est plus le hasard...

Et la dernière en date, c'était mercredi, dans les réserves, je passe devant l'étagère où il y a une grande partie du stock des livres. Alors c'est vrai j'ai un peu touché un montant mais sans plus et là j'ai tous les exemplaires des Brumes de l'apparence qui me tombent dessus ! Je pense qu'il se passe un truc entre ce livre et moi ! D'ailleurs, quand j'ai reçu un deuxième exemplaire de la part de l'éditeur, au lieu de l'offrir à une amie, je l'ai gardé précieusement, comme par superstition ou pour conjurer le sort ! Je sais c'est bête mais je suis comme çà ...

Ah le pouvoir des livres quand même...Il y a un autre livre avec qui j'ai des affinités, une histoire qui commence, un lien assez important voir fort. Ce livre, La blancheur qu'on croyait éternelle de Virginie Carton, m'a empêché de lire pendant une semaine (ce qui ne m'était pas arrivé depuis l'Atelier), il a occupé pas mal de mes pensées, il a beaucoup attiré mon attention, il m'a touché...Il fallait que j'en prenne soin et que je m'en occupe en quelque sorte ! Notre première rencontre fut virtuelle car c'est sous format numérique que je l'ai lu et j'avais hâte de passer du "virtuel" au "réel" ! Quand le livre est arrivé par la poste, c'est avec une certaine émotion que j'ai sorti le livre de l'enveloppe...Il se matérialisait enfin pour moi ! J'avais entre les mains le livre qui m'avait tapé dans l'oeil ( oui, il m'a aussi flingué ma cicatrice dans l'oeil !), mon livre coup de coeur...Mon premier réflexe a été de le serrer contre moi et après de le feuilleter et d'ouvrir une page au hasard ! Je ne sais pas l'expliquer mais ça faisait du bien de lire ces quelques lignes familières...Je pensais déjà au projet de ma lecture bis et ça allait être trop bon ! Encore aujourd'hui, il m'arrive dans le magasin de le prendre et de le regarder, comme dans un moment suspendu et je le repose délicatement...

Il y a des choses et des relations qui ne s'expliquent pas mais qui se vivent ...

 

Posté par Choupie3 à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2014

Question de feeling ...

1798827_657394557651894_1003275581_n

Il y a des livres qui nous marquent plus que d'autres et avec lesquels on a une vraie rencontre...Ma rencontre avec ce livre a eu lieu un 7 février, c'était un vendredi...Il était 13h19 quand j'ai reçu le fichier qui allait changer mon après-midi et les jours suivants...Car oui après la lecture de ce manuscrit j'ai été incapable d'enchainer d'autres livres...Cela ne m'arrive pas souvent ! Le hasard faisant toujours bien les choses, j'ai dû faire un "break lecture" suite à un problème avec un œil (oui, contrairement à Albator, moi, ma cicatrice est dans l'œil !!!). J'avais mes lectures parasitées par les images de ce livre qui défilaient...Il fallait donc que j'arrête de lire ! Un comble pour un libraire...

Je ne vous donne pas le résumé du livre mais juste mon avis de libraire !

Il m'aura fallu lire 19 pages pour avoir un avis tranché sur ce livre et être complètement embarquée dans cette histoire...Tout est visuel, c'est agréable à lire, les références sont extras. J'ai aussi beaucoup rigolé même si la force de l'auteur est de dire des choses dont le fond est grave et parfois dur mais toujours avec une certaine légèreté et une certaine élégance.

La blancheur qu'on croyait éternelle, de Virginie Carton est mon livre coup de cœur...Ce livre a un titre musical mais j'ai envie de dire que c'est une véritable partition à lui tout seul. J'ai beaucoup aimé la lecture à double vitesse qui donne le rythme à ce récit. Il y a un véritable contraste entre la vie des deux protagonistes qui donne une certaine dimension. La double lecture sur le linéaire parait simple et joyeuse alors que dans le fond et la construction, tout est complexe et grave...
Virginie Carton arrive à dresser un portrait de la vie actuelle et du passé qui est juste et sensible. Les descriptions sont imparables...Elle arrive à doser à la perfection l'humour et la nostalgie...Une autre force de ce livre, c'est que l'auteur arrive à "poser" le temps... Il y a pour moi une phrase qui résume tout et que j'adore : " Lucien n'était pas du Sud, il n'était pas d'aujourd'hui non plus..."(p195)

Nous sommes tous la combinaison de ces deux êtres et cela amène forcément à se dire " ah mais moi aussi j'étais ou je suis comme çà.." Je ne parlerai pas des références musicales qui sont très bien choisies ainsi que des références cinématographiques car ce serait une grave erreur (et trop facile voir irrespectueux pour l'auteur) de réduire ce livre et cette histoire à cela ...)

Ce livre m'a parlé, j'ai aimé certains décalages, la dualité des personnages par moment, la très bonne analyse de la vie des hommes entre eux et de leurs habitudes (l'intrusion parfois dans leurs têtes !!!).Les relations mères/filles, pères/enfants sont extrêmement bien traitées. Puis il y a cette écriture qui m'a touché et çà, cela ne s'explique pas ! Virginie Carton est le chef d'orchestre parfait de cette partition !

Un grand merci à Virginie qui m'a fait confiance pour la lecture un peu privilégiée de son livre. Je ne peux que vous encourager à lire ce livre et j'espère qu'il vous transportera autant qu'il m'a transporté ! Lu, adoré et plus qu'approuvé par le libraire !

La blancheur qu'on croyait éternelle de Virginie Carton(éd. Stock) sort le 19 mars prochain !

PS : Vous retrouverez une "vraie" chronique sur le site de www.meellylit.com d'ici  deux jours, enfin quand elle aura bossé !

PS  perso : mais moi aussi j'adore envoyer des cartes de voeux !

 

 

Posté par Choupie3 à 17:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 mars 2014

L'ours et la fouine ...

 Non ce n'est pas une nouvelle fable mais juste l'histoire d'une rencontre, d'une grande Amitié...

Il y a des rencontres que l'on fait par hasard au détour d'un réseau social, puis qui prennent tout leurs sens quand on passe du virtuel au réel...Ca fait maintenant plus d'un an que l'on se connait et pourtant j'ai l'impression que ça fait une éternité ! Nous avons une passion commune, celle qui nous a rapproché : l'amour des livres et de la lecture...Et j'ai envie de te dire qu'elle nous va bien !

Nous en avons passé des heures à parler de livres et à rigoler sur Twitter jusqu'au jour où nous avons passé le pas de s'appeler...Ecrire c'est bien mais se parler c'est quand même plus simple, plus rapide que 140 caractères et surtout plus humain ! Je me souviens même que tu avais adoré ma voix ! Encore un délire çà mais bon passons !!! Puis notre première vraie rencontre a eu lieu à l'occasion du salon du livre de Paris en 2013...Comme une évidence !

Nous en avons passé des heures à débriefer, à échanger sur des livres, des auteurs que ce soit par mails, sms, Twitter et Facebook...Et que de fous rires partagés dont un qui restera d'anthologie alors que j'étais perdue dans les bas fonds de Limoges ! J'aurai quand même eu ce grand privilège de t'avoir fait lire l'Atelier des miracles, entre autres , et de te faire écrire sur des livres que je t'ai même envoyé parfois...Tu es mon lecteur référent en quelque sorte...Je crois que je suis capable de te choisir certains livres, les yeux fermés...Nous avons même fait une chose inédite : écrire à quatre mains une chronique croisée pour la rentrée littéraire et c'était bien ! Mais il y a une chose que je voulais te redire c'est que j'adore la façon que tu as de poser les mots dans tes chroniques. J'aime la générosité (toujours sans tricher, ni exagérer) que tu mets dans les chroniques que tu écris sur les livres qui t'ont touchés ou pas...Il y a des livres que je n'ai pas le temps de lire, ou que je n'aurai pas lu mais grâce à toi j'ai une bonne tendance et parfois j'y reviens plus tard...Il est tant pour moi de l'avouer haut et fort : Sandy, je suis fan de Meelly lit !

645 km nous séparent mais je crois qu'en amitié la distance n'existe plus...Ce n'est jamais facile d'écrire sur les personnes qu'on affectionne mais c'est important de le dire, de leur dire...Un ami c'est un trésor et il faut aussi savoir en prendre soin...Merci Sandy d'être cette belle personne, d'être mon Amie si précieuse...

 

*L'ours et la fouine sera bientôt disponible aux Editions Vertiges !!!

 

 

 

 

 

 

Posté par Choupie3 à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2014

Ah le flair du libraire !!!

Je fais un passage flash éclair pour vous dire que j'ai fait trois rencontres, très différentes mais qui m'ont interpellées, touchées et qui ont fait "tilt" dans ma tête...

La première est arrivée par mail un vendredi à 13h19...Je me suis plongée très rapidement dans cette lecture , dès les  dix premières pages je me suis dit "çà c'est de la bombe en puissance...", puis au fil des pages j'ai été complètement happée par l'histoire, l'écriture que j'ai littéralement adoré...L'auteur en est le chef d'orchestre parfait ...Il y a eu une vraie rencontre entre ce livre et moi...A tel point que je n'ai pas pu enchainer d'autres livres derrière...Je crois qu'il m'a fallu à peine deux heures pour le lire et j'ai vraiment hâte de revenir vous en parler tellement je l'ai trouvé bon, beau et génial ! C'est vraiment un coup de coeur...La Blancheur qu'on croyait éternelle de Virginie Carton sortira le 18 mars prochain chez Stock.

Ma deuxième rencontre, n'est pas vraiment une rencontre mais une attente ! Il y a des lectures qu'on appréhende plus que d'autres...Mais si mais si même quand on est libraire...Parce que c'est toujours difficile de recevoir le livre d'un auteur qu'on aime beaucoup, d'un ami...Il faut savoir mettre çà de côté, pour rester objectif quoiqu'il arrive...Et puis la première fois que j'ai rencontré l'auteur, il était en train de préparer ce livre et nous en avions parlé, j'avais donc très envie  de voir le puzzle terminé...
Quand je l'ai reçu, j'avoue que c'est avec une certaine émotion que j'ai découvert le petit mot qui m'était adressé, puis j'ai éprouvé le besoin de le sentir et de passer ma main sur la couverture (ah les vieux gestes protecteurs de libraires !!!). Je connaissais déjà la couverture mais je le trouve encore plus beau dans mes mains ! Le soir même je commençais la lecture et je me suis laissée embarquer dans cette histoire qui va bousculer, toucher...C'est un roman, profond, inquiétant mais envoûtant...Je n'en dis pas plus ! Les brumes de l'apparence de Frédérique Deghelt  sortira le 5 mars chez Actes Sud.

 

Ma troisème rencontre, je ne m'y attendais pas (le propre de certaines rencontres !) Je ne connaissais pas du tout l'écriture de cet auteur et j'ai été très agréablement surprise par cette plume. J'ai passé un très bon moment de lecture avec un roman à tiroirs qui est aussi un beau voyage dans le passé et le présent. Réduire ce livre à un livre sur la maternité serait très réducteur et facile (pour ne pas dire une erreur !). Au contraire, ce livre est très profond car il aborde des sujets qui nous concernent tous : le temps qui passe, la nostalgie, les relations de couples, les relations mère-fille, père-fille , surtout les origines et la question de l'identité...La force de ce roman c'est la capacité de l'auteur à nous capter dès le départ et puis au fil de la lecture  un jeu de piste s'installe et nous partons en voyage puis tout à coup ça revient comme un boomerang...Nous étions une histoire d'Olivia Elkaim sortira le 3 mars chez Stock.

Encore un grand merci à Virginie, Fred et Olivia pour ces trois magnifiques livres que j'aurai plaisir à défendre avec mon âme de Chevalier Libraire !!!

 

 

 

Posté par Choupie3 à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]